Image Antoinette Fouque – Site Hommage

Antoinette fouque – site hommage

Une grande militante de la cause des femmes

Cette théoricienne du féminisme fait partie des militantes qui ont créé le MLF. Antoinette Fouque (antoinettefouque-hommage) se met en retrait du MLF lorsqu'elle s'envole pour les Etats-Unis au début des années 80. Le MLF est à ce moment victime de querelles internes et perd de l’influence. Le Mouvement de libération des femmes a vu son nom déposé afin d'empêcher toute récupération. Antoinette Fouque a lutté tout au long de son existence pour faire évoluer le droit des femmes.

Théoricienne et écrivaine

Antoinette Fouque déteste les mots en "-isme", qui, d'après elle, réfèrent à une théorie. Elle fait par conséquent naître le terme "féminologie". En 2013, elle est à l'initiative de l'ouvrage "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage à toutes celles qui ont fait avancé le monde depuis 40 siècles. Le combat de cette féministe n'a rien à voir avec un militantisme pur et dur, il défend la place de mère. Ce qu'elle nomme la féminologie, Antoinette Fouque le détaille dans plusieurs ouvrages.

Alliance des Femmes pour la Démocratie : l'engagement politique d'Antoinette Fouque

L’Alliance des Femmes pour la Démocratie est une organisation lancée par Antoinette Fouque durant le bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme. L'AFD soutient la notion d'égalité. L'AFD se bat dans le but d'empêcher la montée des extrémismes de tous bords, car de nos jours, les droits des femmes se trouvent toujours menacés. Au sein de la commission des droits de la femme à Strasbourg, Antoinette Fouque prend la vice-présidence.

Une militante sur toute la planète

Antoinette Fouque fonde le Club Parité 2000 et l’Observatoire de la Misogynie. Selon la militante, la femme du soldat inconnu est plus inconnue que lui. C'est la phrase écrite sur une banderole qu'elle brandit lors d'une manifestation du Mouvement de libération des femmes à Paris. Elle s’engage en particulier pour Aung San Suu Kyi face à au régime militaire en Birmanie. Au siège des Nations Unies mais aussi partout dans le monde, Antoinette Fouque défend les femmes.

Dès 1972 à l'université de Vincennes, Antoinette Fouque mène des débats sur la sexualité de la femme aux côtés de la psychanalyste féministe Luce Irigaray. Elle oeuvre avec plusieurs sociétés d'édition en plus de sa mission d'enseignante. A la fin des années soixante, la future militante suit les formations de Jacques Lacan. Avec son directeur de thèse, le critique Roland Barthes, Antoinette Fouque obtient un Diplôme d'études approfondies. A cette époque, elle fréquente Monique Wittig, écrivaine féministe.